Travailler mieux pour vivre mieux

 De gauche à droite : Alain Supiot et Christophe Dejours• Crédits :  AC Lochard  -  Radio France

De gauche à droite : Alain Supiot et Christophe Dejours• Crédits : AC Lochard - Radio France

Dans Les chemins de la philosophie, émission radio présentée par Adèle Van Reeth et Philippe Petit sur France Culture, le juriste Alain Supiot et le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours réévaluent le travail non par sa mesure quantitative et objective que lui assigne la philosophie managériale ; mais plutôt en pensant "l'intelligence subjective au travail et la coopération collective au travail". 

Réflexions pour d’autres perspectives d’organisation du travail :

"Cela ne devrait pas exister, mais c’est la triste réalité : il existe des femmes et des hommes malades du travail, il se rencontre des épuisés de la vie qui n’ont plus le courage de résister au « management de la peur » et à la pression gestionnaire. Ceux-la ne supportent plus la dévalorisation de leur métier, ils ont honte de la malfaçon, ils regrettent le temps de la coopération entre collègues ; alors, ils se sentent inutiles, et perdent toute estime de soi. Or contrairement à ce qu’on pouvait attendre, les travailleurs qui se suicident sur leur lieu de travail sont rarement des sujets marginalisés. Ce ne sont pas uniquement les bras cassés qui se suicident au travail. Et puis le malaise au travail ne débouche pas toujours – heureusement - sur de tels actes de désespoir. La souffrance s’y exprime parfois de manière sourde et diffuse. Et certains travailleurs sont contraints de suspendre leur pensée. Que veut dire alors cet état de chose ?"....